[]
Philopsis

Platon, République, lecture des livres V, VI et VII

Pascal Dupond

dimanche 25 janvier 2015, par Dupond Pascal

Au moment où s’ouvre le livre V, plusieurs positions ont été acquises.
1/ Le souci de Socrate est de conduire ses interlocuteurs vers l’essence de la justice. Céphale est le premier interlocuteur de Socrate. Il donne une première définition (extensionnelle) de la justice par l’énumération d’actions justes (dire la vérité, rendre le dépôt qui a été confié, etc.). Puis, au moment où l’insuffisance de la définition extensionnelle devient évidente, Polémarque prend le relais et cherche, en se référant au poète Simonide, ce qui pourrait être le principe commun de toutes les actions justes : la justice consiste à rendre à chacun ce qu’on lui doit. Mais les difficultés ne sont pas pour autant surmontées, et elles vont exiger une inflexion qui décide de toute la suite du dialogue : la justice doit être cherchée dans l’âme plutôt que dans l’action, elle consiste dans une certaine disposition de l’agent, une certaine excellence de l’âme, qui est recherchée pour elle-même autant que pour ses conséquences et qui donne le bonheur (fin du premier livre).


titre documents joints

 


| Philopsis éditions numériques | ISSN 1954-3689 |

SPIP

Soutenir par un don