Il s’agit de montrer que le néant a un type d’existence, d’abord, qu’il y a du néant (et pas de l’être partout), puis, que l’origine du néant se trouve dans le pour–soi, c’est–à–dire dans ce seul type d’être capable de secréter du néant. Qu’en est-il de la différence avec Heidegger ? Pose–t–il lui aussi la question de l’origine ? Comment aborde–t–il, comment arrive–t–il à la notion de néant ?

Documents joints