Montrer que la liberté de juger et d’honorer Dieu comme bon lui semble pouvait être accordée à l’individu, sans que soient compromises la piété et la paix de l’Etat, tel était l’objectif du Traité Théologico-Politique (T.T.P.). Car une menace pèse sur toute société politique : « Sous couleur de religion », observe Spinoza, on obtient de la multitude qu’elle s’applique à un culte aveugle avec un scrupuleux respect. Sous couleur de religion, elle est détournée du respect de l’autorité politique vers une dévotion pour les prêtres et les rois. Et c’est à leur mépris pour l’entendement que l’on reconnaît les détenteurs d’une prétendue lumière divine, tandis que la lumière naturelle est condamnée comme source d’impiété.

Note de l’éditeur : Cet article a été publié pour la première fois par la Revue de l’Enseignement philosophique, 34e année, N° 2, décembre 83-janvier 84. Nous le republions en version numérique avec l’autorisation de notre collègue Nicolas Franck, Président de l’Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement public. Nous l’en remercions chaleureusement.

Documents joints