L’obligation morale: le débat de Bergson avec Kant

, , ,

Impossible de ne pas relever, pour commencer, les obstacles méthodologiques qui s’opposent au projet d’établir un débat entre Kant et Bergson sur la nature de l’obligation morale. D’abord parce que les philosophes, n’agissant pas en professeurs de philosophie, ne se commentent guère les uns les autres. Ensuite parce qu’une confrontation des méthodes philosophiques kantienne et bergsonienne commencera inévitablement par conclure à une opposition, à la différence qui sépare une morale rationnelle d’une fondation surrationnelle de la morale. On débouchera bien vite sur une double clôture du débat, sur une sorte de cercle qui constatera que la morale kantienne vérifie la conception kantienne de la raison, tandis que la morale bergsonienne vérifie le dépassement de l’intelligence par l’intuition. Enfin, parce qu’il faudrait donner à Kant un droit de réplique, ce qui ne peut se faire par des arguments d’autorité, qui ne seraient, de surcroît, que des arguments posthumes. Il ne reste alors qu’une seule voie : celle qui consiste à concevoir ce débat comme une expérience de pensée.

On commencera donc par aborder l’obligation morale comme une expérience de pensée, au titre d’une expérience intérieure, ce qui a pour effet de conduire à une double intelligibilité de l’obligation morale.

https://www.cairn.info/revue-les-etudes-philosophiques-2001-4-page-439.htm