C’est une remarque de J. Derrida qui a suscité notre réflexion ; elle se trouve dans un des articles de L’Ecriture et la Différence ; la voici : « Le centre reçoit, successivement et de manière réglée, des formes ou des noms différents. L’histoire de la métaphysique, comme l’histoire de l’Occident, serait l’histoire de ces métaphores et de ces métonymies. La forme matricielle en serait la détermination de l’être comme présence à tous les sens de ce mot. On pourait montrer que tous les noms du fondement, du principe ou du centre ont toujours désigné l’invariant d’une présence . . . »

L’histoire de l’hellénisme, qui a engagé l’histoire économique, politique, idéologique de l’Occident, retient sur une série de plans correspondants cette métaphore décisive du centre. Sa signification, les valeurs qui lui sont attachées se sont exprimées à différents niveaux ; il y a longtemps, par exemple, que les conditions de l’organisation de l’espace urbain autour de la constitution d’un centre, l’agora, ont déjà été mises en évidence ou encore que dans la cosmologie, l’astronomie, l’élaboration d’un schéma spatial remarquable a été relevée : le centre et la circularité s’y trouvent valorisés en tant qu’ils fondent entre les divers éléments en jeu dans le cosmos des relations de caractère symétrique, réversible, égalitaire — la terre, Hestia, désignée comme foyer de l’Univers. La philosophie construisait, elle aussi, un modèle analogue et s’attachait à marquer, invariablement, la présence centrale d’un fondement premier ou d’un principe originaire aux dénominations diverses.

https://www.erudit.org/fr/revues/philoso/1984-v11-n1-philoso1298/203240ar.pdf