Comment se faire respecter lorsqu’une déficience physique ou mentale rend difficile l’accès à l’indépendance, et pourquoi respecter ceux dont on dépend alors ? Pourquoi respecter les autres et s’en faire respecter à son tour lorsqu’ils ont besoin d’un tiers pour pallier une infirmité ? Comment, en d’autres termes, établir entre les hommes et les femmes que leur condition de santé place en situation de dépendance et ceux qui les accompagnent, des relations de respect mutuel ?

Documents joints