Julia Kristeva écrit, au début d’une communication sur Benveniste et Freud:

« Émile Benveniste fut un savant austère, un très grand connaisseur des langues anciennes, expert en grammaire comparée, autorité en linguistique générale. Il connaissait le sanskrit, le hittite, le tokharien, l’indien, l’iranien, le grec, le latin, toutes les langues indo-européennes, et à la cinquantaine passée, il s’était plongé dans les langues amérindiennes. Pourtant son œuvre, d’une audace impressionnante, tout en retenue et d’une modestie apparente, demeure relativement méconnue et peu visible de nos jours.

En 1956, il écrit – serait-ce invité par Jacques Lacan ? – une étude qui fera date : « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne », repris dans le tome premier de ses Problèmes de linguistique générale. À ma connaissance, c’est le premier travail linguistique sérieux consacré au langage dans la théorie freudienne, et peut-être le seul, mis à part les analyses plus tardives et plus personnelles de Jean-Claude Milner et de moi-même.

Benveniste constate que la psychanalyse « semble se distinguer de toute autre discipline » : « elle opère sur ce que le sujet lui dit », afin d’« expliciter » un « autre discours, celui du complexe enseveli dans l’inconscient… ».

Le lecteur trouvera ci dessous les ressources documentaires suivantes:

  • Julia Kristeva: « Emile Benveniste (1902-1976) avec Freud (1856-1939

https://books.openedition.org/cdf/5717

  • Julia Kristeva: « Un linguiste qui ne dit ni ne cache mais signifie »

http://www.kristeva.fr/benveniste.html

  • Julia Kristeva: « La linguistique, l’universel et le “pauvre linguiste” »

http://www.kristeva.fr/autour-d-emile-benveniste.html

  • Julia Kristeva : « Lire Benveniste »
  • Irene Fenoglio: « Sur la notion de “sujet” chez Benveniste

https://journals.openedition.org/linx/1767