Qu’en est-il du rapport à la théorie freudienne de ceux qui ont tenté d’élaborer, après la parution en 1927 de Etre et temps de Heidegger, une psychiatrie phénoménologique ? Telle est la question qu’il est légitime de poser puisqu’on sait que les deux plus grandes figures de la Daseinsanalyse ont entretenu avec Freud des rapports étroits.

Ludwig Binswanger, qui fut le premier à chercher dans la critique husserlienne du psychologisme des motifs de critique du naturalisme trop étroit et unilatéral de Freud, avant de découvrir, grâce à la lecture qu’il fit dès 1927 de Etre et temps, que les termes de vie et de conscience ne caractérisaient que de manière imparfaite l’être de l’homme, a pourtant été lié pendant plus de trente ans à Freud, comme l’atteste leur correspondance qui s’étale de 1908 à 1938 et qui a été publiée en 1992 en Allemagne . Binswanger, qui a rencontré Freud pour la première fois en 1907, à l’âge de vingt-six ans, n’a en effet cessé d’entretenir un impossible dialogue avec celui dans lequel il voyait à la fois l’expérimentateur d’un nouveau concept de la nature qui englobe la psychè et l’inventeur d’une mythologie scientifique qui objective les phénomènes.

Document joint