Dans cet état d’attention flottante qui lui est recommandé, le psychanalyste doit pouvoir accueillir sans privilège établi ce que le patient, invité à laisser venir sans discrimination, dit au cours de
la séance. Telle est la situation, dans son paradoxe, qui évoque volontiers quelque entreprise démentielle où le navigateur aveugle et sans compas inviterait son passager à prendre le vent comme il souffle. « Que les lecteurs, écrit Freud, au terme de son introduction de l’Homme aux loups, soient au moins persuadés que je rapporte simplement ce qui se présenta à moi, en tant qu’observation indépendante et non influencée par ma propre attente. Ainsi, ajoute-t-il, je n’avais plus qu’à me rappeler ces sages paroles d’après lesquelles il y a plus de choses entre ciel et terre que n’en peut rêver notre philosophie. A qui parviendrait à éliminer plus radicalement encore ses convictions préexistantes, certes, plus encore de ces choses se dévoileraient » .

Document joint