« …j’aimerais aborder les problèmes de l’inconscient et de la conscience tels qu’on les rencontre dans l’étude de l’intelligence, de la représentation et des fonctions cognitives parce que je crois que ces questions particulières relatives à l’inconscient cognitif sont parallèles à celles que soulève en psychanalyse le fonctionnement de l’inconscient affectif. Mon but n’est naturellement pas de chercher à introduire quelque nouveauté dans les théories psychanalytiques ni de les critiquer, car, si je suis quelque peu hérétique à ce point de vue, ce n’est pas le lieu d’expliquer pourquoi il en est ainsi. Par contre je suis persuadé qu’il viendra un jour où la psychologie des fonctions cognitives et la psychanalyse seront obligées de fusionner en une théorie générale qui les améliorera toutes deux en corrigeant l’une et l’autre et c’est cet avenir qu’il convient de préparer en montrant dès aujourd’hui les rapports qui peuvent exister entre les deux ».

Document joint