Le concept de philosophie première dans la «Métaphysique» d’Aristote

Dans cet article, l’auteur s’interroge sur le sens du concept de «philosophie première» dans la Métaphysique d’Aristote. Selon lui, un examen attentif des passages où est évoquée la nature de cette discipline (à savoir essentiellement Alpha 1-2, Gamma 1-3 et Epsilon 1), montre assez clairement que par «philosophie première» le Stagirite entendait la science des causes premières, et donc aussi, nécessairement, des substances divines, qui sont de telles causes. Autrement dit, en tant qu’étiologie suprême, la philosophie première était bien pour lui la théologie, comme l’a toujours affirmé l’interprétation traditionnelle. Mais, en tant que science des causes premières elle n’était pas moins, à ses yeux, science de l’être en tant qu’être, parce que les causes premières sont précisément celles de l’être en tant qu’être. L’auteur conclut ainsi, à l’encontre de l’herméneutique issue de Suàrez, qu’il n’y a pas lieu de relever dans la Métaphysique une dualité d’inspiration et de propos, et qu’il n’y a aucune ambiguïté «onto-théologique» dans l’idée qu’Aristote se faisait de la philosophie première.

Document joint