De la vérité comme adæquatio à la vérité comme processus dans la philosophie de Diderot

…La vérité de Diderot est a-létheia dans un sens nouveau, étymologique, suivant la lecture de M. Heidegger dans son texte célèbre « Le dicton d’Anaximandre » (Holzwege, Frankfurt, 1950) : c’est un non- être-caché du sens qui se présente à travers les romans et les ouvrages épistémologiques comme un processus de construction de con-textes. D’où, chez Diderot, l’insistance sur le « paradoxe » au sens fort, vu plus haut, et sur les caractérisations paradoxales de « la vérité » du roman telle qu’elle est énoncée dans la phrase de Jacques le fataliste, dicton de notre séance : « Celui qui prendrait ce que j’écris pour la vérité serait peut-être moins dans l’erreur que celui qui le prendrait pour une fable ». Jacques le fataliste construit des con-textes et des inter-textes qui s’entrecroisent et dont la valeur de vérité est externe à chaque « fable » qui les compose. Dans la philosophie de la nature de Diderot aussi, il y a une conception sémantique de la vérité qui s’exprime de façon analogue. Qu’est-ce qu’on entend par « conception sémantique » ?…

Document joint