La personne. Colloque de l’Université de Strasbourg

,

« Personne est mon nom », dit Ulysse au cyclope Polyphème, qui n’y voyait déjà que d’un œil avant d’être totalement plongé dans les ténèbres par la ruse d’Ulysse, auquel il avait pourtant offert, en toute magnanimité, de ne le dévorer qu’en dernier, pour le récompenser de ce vin divin qu’il lui versait à boire. Ulysse aux mille tours fait ici à son redoutable hôte les honneurs de sa mètis (« intelligence, sagesse habile ») la plus achevée – car sémantique – en prétendant se nommer Outis, Personne, ruse consommée qui empêtrera Polyphème dans les rets du néant quand, en réponse à ses comparses, venus pour le secourir et qui s’enquièrent de savoir qui le tue, il sera obligé de répondre : « Personne ! ». Ce qui, on en conviendra, est propre à rompre la mobilisation généreuse des secours qui répondent à l’appel.

Personne : en français plus qu’en toute autre langue, le mot a absorbé, ou plutôt s’est en partie comme abîmé lui-même dans la part d’obscurité qu’il recèle originellement. « Personne » est à la fois le vocable par lequel nous désignons de la manière la plus dense un individu, un vocable par lequel l’exigence éthique la plus grande prend consistance, mais aussi celui par lequel nous exprimons l’absence. Fait linguistique propre au français, de par une structure syntaxique qui use d’auxiliaires de négation, cet accident sémantique n’est pourtant pas entièrement incongru. À la différence des autres langues, le français complète l’adverbe négatif « ne » par un substantif : « je ne mange mie », « je ne bois goutte », « je ne marche pas », et de même, « il n’y a rien », « il n’y a personne ». Par un processus qui combine déplacement et simplification, le sentiment de la négation s’est dans certains de ces cas déporté du « ne », qui est pourtant le seul terme négatif, vers le substantif, qui est pourtant toujours un terme de sens positif : c’est le cas de « pas », qui a évincé les autres termes dans cet usage, et qui désigne néanmoins bel et bien au départ le pas que l’on marche, mais qui a été totalement affranchi de ce dernier dans la pensée ordinaire ; c’est le cas de « rien », qui, dérivant du latin res, signifie « chose », et qui, à la différence de « pas » qui s’est comme dédoublé en deux termes dont on ne perçoit plus la connexion, s’est presque tout entier absorbé dans le néant d’un rien devenu non plus synonyme de la res latine, mais de nihil. « Personne », pour sa part, jouit de cette position intermédiaire, où la fonction d’auxiliaire de négation n’a ni constitué à côté du substantif de départ un adverbe pleinement autonomisé, ni résorbé dans l’unicité d’une signification négative la totalité du mot. Le sens négatif de l’auxiliaire de négation est pleinement constitué, tout en se faisant entendre dans ce seul et unique vocable désormais à double sens, personne, où vibrent l’une contre l’autre la pleine positivité du terme et sa sourde négativité. (Anne MERKER)

https://journals.openedition.org/cps/2160