Le commun est un terme à double face : il est à la fois inclusif et exclusif. Il peut aussi bien ouvrir et fermer, s’opposer au propre et s’identifier à lui. Il s’oppose à l’universel car il ne s’édicte pas comme une loi nécessaire, en amont de toute expérience, mais bien au contraire s’enracine dans l’expérience où il s’approfondit et s’enrichit. Concept politique, le commun se construit sur des relations d’appartenance choisies ou données, ces mêmes relations pouvant être investies à tout moment sur un nouveau commun. Promouvoir un commun qui ne soit pas un commun de l’uniforme, du stéréotype ou du standard, mais un commun qui soit un commun produit au travers des écarts, explorés, exploités : un commun de l’intelligible.