Sur le plan historique, nous commencerons par souligner que, contrairement à une idée répandue, le concept d’inconscient ne date pas de Freud et ses contemporains (Gauchet, 1992). De plus de nombreux aspects de la théorie freudienne de l’inconscient ne trouvent pas d’échos dans la recherche contemporaine. Tel est le cas, par exemple, de l’hypothèse d’un inconscient pourvu d’intentions et de désirs qui lui sont propres, souvent d’origine infantile, et structurés par des mécanismes de refoulement et de censure. Pour éviter toute confusion avec les constructions théoriques freudiennes, la psychologie cognitive préfère donc souvent au terme d’inconscient les termes plus neutres de non-conscient ou d’inconscient cognitif

Le lecteur trouvera ci-dessous une partie de l’enseignement de Stanislas Dehaene au Collège de France, notamment les cours de 2008-2009 sur « L’inconscient cognitif et la profondeur des opérations subliminales » et de 2009-2010 sur « L’accès à la conscience ».

Documents joints