Qu’est-ce qu’une œuvre ? La question surprend. Mentalement, on aimerait la compléter, et spontanément on la complète en disant : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Une œuvre, c’est une œuvre d’art.

Sans doute la question de l’œuvre trouve-t-elle dans l’art sinon sa résolution, du moins son lieu de problématisation privilégié. Peut-être même l’œuvre d’art est-elle le modèle de toute œuvre. L’œuvre d’art est œuvre eminenter. C’est dans l’œuvre d’art que l’œuvre réalise son essence d’œuvre. Résistons pourtant, pour commencer, à la réduction (séduction) de l’œuvre à l’œuvre d’art. Qu’est-ce donc qu’une œuvre en tant qu’œuvre ? Mais comment s’orienter vers cette question sans l’appui de la référence à l’art ? Est-on certain que l’intelligence de l’œuvre ne soit pas implicitement prélevée sur celle de l’œuvre d’art ? Penser l’essence de l’œuvre (œuvre en tant qu’œuvre) n’est-ce pas toujours, même implicitement, penser à (partir de) l’œuvre d’art ? Le concept d’œuvre en tant qu’œuvre est un concept dérivé et en quelque sorte privatif : c’est le concept d’œuvre d’art, moins le concept de l’art

Mais après tout, le contraire est tout aussi vrai. Car la notion d’œuvre d’art est composée : c’est même un jugement condensé : œuvre “de l’art” ― qu’on peut interpréter différemment : 1) œuvre qui est “faite avec art” (ouvrage d’art) ; 2) œuvre qui prétend à la beauté artistique (objet esthétique) ; 3) œuvre qui appartient au domaine de l’art (objet d’art). On peut analyser la notion “œuvre d’art” ainsi : genre, “œuvre” ― ergon en grec, opus en latin, work en anglais, werk en allemand, et “art” différence spécifique. L’œuvre d’art ne peut pas être la vérité de l’œuvre puisqu’elle en est une espèce ou une forme. L’œuvre d’art n’est pas l’origine de l’œuvre, le lieu de sa provenance, mais un type ou un mode de l’œuvre.

Documents joints