Grâce à la rupture qu’il introduit avec le primat de la thèse aristotélicienne de l’être, le néoplatonisme constitue un terrain privilégié pour une enquête sur la problématique de la négation. En effet, personne n’ignore que l’avènement du néoplatonisme inaugure en Occident un mouvement intellectuel qui aboutit à une profonde rupture avec la philosophie première d’Aristote. Or cette rupture s’accompagne d’un bouleversement tout aussi important concernant le fondement de la négation et son rapport avec l’affirmation. Ce moment crucial de la pensée, où a eu lieu une première métamorphose du concept d’apophasis, est essentiel aussi bien pour l’appréhension que pour la saisie de l’originalité du concept de négation dans le néoplatonisme. (Antonio Campolina et Pedro Calixto)

https://periodicos.ufjf.br › article › view