Il n’y a pas de science sans méthode. Mais d’une part il n’y a pas une mais des méthodes scientifiques. D’autre part il n’y a pas de méthode pour déterminer quelle méthode est la bonne. Autrement dit, le pluralisme méthodologique risque d’entamer la consistance de l’idée même de science et sa différence avec le mythe. C’est la thèse de l’anarchisme épistémologique soutenue par Paul Feyerabend dans Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance (1975). L’anarchisme épistémologique justifie le relativisme et le constructivisme épistémologiques, assez en vogue aujourd’hui.

Documents joints