Entrées par Michel Arrivé

,

Qu’en est-il du signe chez Ferdinand de Saussure ?

Le titre de cet article risque d’étonner: pourquoi parler, parmi les linguistes, de Saussure exclusivement ? Pour me justifier, je dirai que la réflexion de Saussure sur le signe s’impose pour trois raisons également déterminantes. Elle se distingue, d’abord, par sa structure, de la plupart des innombrables théories du signe qui ont été formulées avant […]

,

Un moment important dans l’histoire des sciences humaines: l’œuvre de Ferdinand de Saussure

Conférence Michel Arrivé Pour commencer, une note d’actualité nous permettra de situer le problème. Un numéro tout récent du Nouvel observateur, le numéro double de la fin de l’année 2011 et du début de l’année 2012, publie un entretien avec Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, sur « 1966, année théorique ». 1966, c’est […]

,

Freud et l’autonymie

Freud et l’autonymie L’article justifie l’aphorisme lacanien « il n’y a pas de métalangage » en montrant (à la suite de Freud) que dans les productions de l’inconscient les mots ne fonctionnent pas comme des signes linguistiques. La démonstration est menée d’abord sur les néologismes oniriques (comme le fameux autodidasker) étudiés dans la Traumdeutung. Ces […]

,

Un intercesseur après-coup entre Saussure et Freud: Lacan

Le sujet annoncé pour mon intervention semble limité. Il l’est en réalité fort peu. Au-delà des relations théoriques entre les trois textes cités, c’est en réalité l’ensemble des rapports entre linguistique et psychanalyse, et, par là, entre langage et inconscient qui, de proche en proche, pourrait se trouver attiré par l’aimant des trois noms. Pour […]

,

Langage et inconscient chez Freud : représentations de mots et représentations de choses

Langage et inconscient chez Freud : représentations de mots et représentations de choses La visée de cette communication est d’une extrême – et sans doute excessive – ambition. Le problème qu’elle cherche à poser – celui des relations entre langage et inconscient dans la réflexion de Freud – est d’une intense difficulté, pour des raisons […]